La moustiquaire imprégnée

Salut à tous,

Dès que l’on va chez le médecin au Mali, la première question qu’il va poser est : “Est-ce que vous dormez sous moustiquaire imprégnée?”. Que l’on y aille pour des maux de tête, des maux de ventre ou de la fièvre.

Une autre information qui vous sera rabachée est : “Les enfants doivent dormir sous moustiquaire imprégnée, sinon on peut vous inculper de cruauté envers les enfants.” Bref, la moustiquaire devient la compagne de toute les nuits. Tous les soirs nous tendons des cordes pour faire tenir les filets.

Elle est souvent offerte à la population : la télévision retrace des actions pour donner des moustiquaires. Si vous n’êtes pas assez chanceux pour en obtenir une gratuitement, vous en trouvez en vente au marché pour le prix de CFA 4’000. Merci à Susanne pour son cadeau.

Meilleures salutations.

Jean.

La goutte épaisse

Bonjour à tous,

Nous ne sommes pas encore en période endémique de malaria. Elle revient surtout durant la saison des pluies, c’est à dire depuis le début du moi de juin jusque vers fin août. Actuellement il y a des moustiques, mais ils ne transportent pas le parasite. Cependant la question du test se pose régulièrement lors de chaque poussée de fièvre. Actuellement avec la chaleur on est tous foutus.

Le test le plus courant de la malaria s’appelle la “goute épaisse”. Il peut être accompagné d’une numération. En soit le test est relativement simple : on pique le doit du patient pour déposer quelques goutes de sang sur une plaquette de verre, après avoir étaler le sang sur la plaquette, l’opérateur contrôle au microscope si il voit les traces du parasite.

Après un long séjour dans une zone contaminée il est conseillé de faire le test avant de prendre l’avion. En cas de résultats positifs il existe des médicaments comme le Coartem ( de Novartis ) qui traitent efficacement la maladie et qui se prennent sur 3 jours.

Meilleures salutations et faite attentions aux moustiques.

Jean.

PS : infos supplémentaires

http://www.bioltrop.cooperaction.org/12-techparasito/goutte-epaisse.htm

http://www.med.univ-angers.fr/anofel/fiches/GERPalu.pdf

http://www.clicmali.org/sante/Palu/palu_diagnostic.html

Nadège soignée à la polyclinique Pasteur

Salut à tous,

La semaine passée, Nadège était fébrile depuis mardi soir. Mercredi, on observe la pitchoune à la maison. Jeudi rebelotte, aussi malade. Vendedri matin je pars à l’hôpital pour contrôler. Premier hôpital : après un examen rapide le médecin me dit qu’il faut faire perfuser ma fille contre le paludisme de toute urgence. Apparemment le protocole pour les toubabs et les farafines est différent : tous les malades toubabs avec des signes de paludisme sont traités de toute urgence comme ayant le paludisme grave avant que l’analyse de la goutte épaisse ne détermine si vraiment il y a lieu ou pas de continuer le traitement. Je dis que je n’ai pas d’argent pour payer les médicaments et retourne à la maison pour informer Yasmine ( dont le téléphone ne répondait pas grrrr ) de la situation. Le médecin m’a bien prévenu de faire vite pour éviter que ma fille ne fasse des convulsions à la maison auquel cas j’aurais des problèmes avec la police. Oui monsieur, lui dis-je…

Arrivé à la maison, je hurles sur Yasmine que l’on doit se dépêcher de soigner Nadège. On part avec quelques affaires, Yasmine allume le natel : 22 appels en absence… Dans le taxi, ma femme et moi on tombe d’accord pour changer d’hôpital : direction la polyclinique Pasteur aux ACI 2000 ( téléphone : 00223 20 29 10 10 ). Nous sommes reçu en rapidement par la pédiatre Tatiana Keita. Dans son bureau il y a un petit aquarium avec des poissons rouges : en voyant ceci Nadège va déjà mieux. Cette ukrainienne est installée comme médecin depuis 25 ans au Mali. Elle a fait 19 ans dans les hôpitaux publiques du Mali et ensuite est passée au privé. En discutant avec elle, on apprend qu’au Mali un médecin doit s’occuper de plus que de la médecine : les soins aux patients, le personnel, le matériel … Tout est sous la responsabilité du médecin. Je dois signaler que j’ai été très impressionné par l’écoute et la discipline que son personnel lui accordait. Elle est elle même très disciplinée, et porte attention aux moindres détails : selon elle c’est dû à son “éducation KGB”, allez savoir… Bref j’ai rapidement su qu’on était heureusement bien tombé.

Ma petite fille adorée passe donc 4 jours sous perfusion. Elle est traitée contre une bronchite avec un mélange de pénicilline et de corticoïdes administré matin et soir en intraveineuse. Les test du paludisme se sont révélés négatifs ( ouf ). Nous avons une chambre pour toute la famille avec climatisation, électricité, télévision, toilette et eau chaude : le luxe. A chaque coupure le groupe électrogène se met en route : génial.  La nuit on campe tous sur les deux lits d’hôpital que compte notre cellule. Nous administrons nous même les médicaments à Nadège : pas facile.

Aujourd’hui lundi, elle est de retour à la maison. Elle n’est pas encore complètement guérie et doit prendre quarte médicaments différents plusieurs fois par jour. Par contre comme on a vécu au frais durant quelques jours, notre bourbouille est presque disparue.

Je vous conseille donc d’aller à la polyclinique Pasteur pour faire soigner vos enfants.

Meilleures salutations.

Jean.

PS :

Clinique Pasteur

ACI 2000

Hamdallaye

Avenue du Mali

BP E 4794 Bamako

Téléphone : 00223 20 29 10 10

La bourbouille

Salut à tous,

Ci-dessus la peau de Nadège. Comme vous le voyez elle est recouverte de petits boutons rouges. Ce n’est pas la rougeole, c’est la bourbouille ( rien à voir avec le célèbre Barbapapa qui s’appelait Barbouille ) . Actuellement on souffre beaucoup du chaud à Bamako ce qui nous fait transpirer. Cette transpiration irrite la peau. Ainsi nous avons tous des petites pustules rouges qui ont poussé à des endroits inattendus. Par exemple Yasmine et moi, nous avons plein de ces boutons derrière le cou. J’en ai aussi sur les avant-bras. Les enfant en sont pratiquement couvert sur tout le haut du corps.

Ce n’est pas uniquement une allergie qui touche les toubabs, elle touche aussi les farafines. Nous avons vu plusieurs enfants avoir les mêmes symptômes.

On espère que le climat va se tempérer ou que notre peau va s’adapter à la transpiration. En attendant un peu de talc va nous sortir de ce mauvais pas.

Meilleures salutations.

Jean.

PS : plus d’infos ci-dessous

http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_1445_bourbouille.htm

http://forum.aufeminin.com/forum/enfants5/__f11533_enfants5-Bourbouille-comment-l-enlever.html

http://forum.aufeminin.com/forum/enfants5/__f11533_enfants5-Bourbouille-comment-l-enlever.html

L’eau source de vie !

La chaleur augmente de jour en jour (paraît que c’est encore de la rigolade), là on dépasse parfois les 37°, ce qui veut dire que notre corps doit mettre en action des processus de refroidissement qui se traduisent pour nous par une baisse d’énergie et une forte transpiration… Qu’est-ce que ce sera quand nous approcherons les 50°…

Mais outre ses conséquences physiques, cette augmentation de température nous amène quelques petits désagréments, des coupures d’électricité (sûrement plus sollicitée par les climatisations) et le pire, les coupures d’eau.

Il faut faire le maximum de réserve car on ne sait jamais combien de temps ça dure, Ca peut durer toute la journée. Et le petit souci supplémentaire, c’est la douche, comme on vit au premier étage, même s’il y a de l’eau, souvent la pression n’est pas suffisante pour les douches. Mais personnellement j’apprécie les gros gobelets d’eau bien fraîche sur la tête !

Dans Bamako, il y a trois types de sources d’approvisionnement d’eau :

  1. l’eau du fleuve
  2. les châteaux d’eau
  3. l’eau des forages

Ces trois types de sources d’eau sont réparties en nombre dans toute la ville.

Personnellement, nous utilisons l’eau du puit, pour le nettoyage, la vaisselle et les lessives. L’eau du réseau pour se laver et faire la cuisine et nous buvons de l’eau minérale naturelle.

Pour plus d’information :

blog d’un hydrogéologue installés à Bamako

http://mali.blogs.liberation.fr/helsens ( merci à tonton Dédé )

le corps et la chaleur

http://www.linternaute.com/science/biologie/comment/06/temperature/temperature.shtml

http://fr.wikipedia.org/wiki/Temp%C3%A9rature_corporelle

Comment l’organisme maintient sa température corporelle :

  • radiation (libération de rayons infrarouges)
  • convection (transfert de chaleur directement de la peau à l’air)
  • évaporation (de sueur) – mécanisme privilégié en cas de chaleur élevée

Le cœur doit pomper du sang efficacement jusqu’aux extrémités (tête, mains et pieds) pour que ces trois mécanismes puissent se produire.

Conséquences ou risques pour la santé :

Directes :

  • épuisement lié à la chaleur
  • syncope (évanouissement)
  • crampes
  • coup de chaleur

Indirectes :

  • charge accrue de travail pour le cœur.

http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/environ/heat-chaleur-fra.php

http://ec.europa.eu/health/ph_information/dissemination/unexpected/unexpected_4_fr.htm

Site de l’OMS sur le changement climatique et la santé.

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs266/fr/index.html

Bonne lecture !

A bientôt.

Yasmine