Mohammed Keita dit Medesko

Bonjour à tous,

Nous avons connu Medesko au détour d’un cybercafé. On a tout de suite sympathisé et discuté informatique. Notre ami est spécialisé sur les macs et dernièrement il a dépanné une machine appartenant à la paroisse de Bamako. Ci-dessous vous trouverez un extrait de deux lettres entre Mr. Mauboussin Yvonnick et son correspondant racontant la réparation effectuée par Mohammed.
La première lettre :

[…]
Mohammed est bien venu ce matin, avec une superbe moto, il connaissait la Mission, il y a fait son école primaire…
On s’est mis en climatisé pour aborder le problème…
On a d’abord essayé le driver alternatif selon la manoeuvre que tu as su indiquer… ci dessus…
Lui est plus connaisseur que moi et a pu tout de suite faire les bonnes manoeuvres et voir la liste des machines pouvant être servies par ce driver, mais aucune HP… sur les listes…
Il a alors essayé plusieurs manoeuvres pour inscrire ma nouvelle imprimante dans la liste, il a fini par réussir, mais il y avait alors en note, logiciel d’installation, pas installé… ou quelque chose de ce genre…
Ensuite on a refait la manoeuvre avec le CD d’installation, de ma machine neuve, comme moi-même j’avais déjà fait et là pas plus de résultat…. que moi.. j’avais largement essayé, tu sais…
Lui-même avait un vieux DVD Tiger mais dont il dit qu’il est défectueux… mais par contre, il sait où trouver ce genre de DVD pour demain matin ou pour dimanche après-midi… samedi et dimanche matin, j’ai des messes à assurer…
Il a alors vérifié que tous les dossiers étaient bien enregistrés sur ma clef… (continuant ton travail) y enregistrant aussi les photos parce qu’autrement il fallait 2 CD rien que pour les photos… Pour le lien avec Afribone, il a fait des photos avec son IPOD…
Il avait une question pour la sauvegarde des mails en X3.9 il ne voyait pas où trouver la manipulation… par contre il a su enregistrer les bases de donnée de mail… mais il n’était pas trop sur que cela enregistrait les mails…eux-mêmes… Il m’a demandé de te poser la question…
Merci d’avance, si tu pouvais nous aider aussi sur ce point…
Oui, lui-même est un fanatique du Mac dont il est un peu le génie local… Il avait un portable Mac avec Léopard et après avoir installé snow léopard pour Patrick, mon relais dans l’affaire qui est agent d’assurances… Patrick lui a donné son portable et en le revendant plus le sien, il a eu l’argent pour acheter un magnifique portable mac dernier cri; par des amis en France… en snow léopard lui aussi…
Il fait des travaux d’informatique 3 jours par semaine dans l’entreprise de Patrick, et le reste du temps, il étudie l’informatique en suivant des cours sur le net… Il m’a dit être en réseau avec plein de passionnés du Mac […]…Il est très modeste mais ne semble pas avoir du tout de problèmes matériels, justement parce que très spécialisé en informatique et travaillant à son compte… Il dit aussi qu’il y a très peu de Mac Bamako, et qu’il n’intervient pas plus d’une fois par mois dans ce domaine et jamais en dehors des systèmes Léopard et snow léopard… et que pour moi, il le faisait à cause de Patrick… mais j’ai cru comprendre aussi qu’il serait heureux de gagner ta sympathie… en tous cas, tes manières de proposer les manoeuvres semblaient aller de soi… Il a bien dit les Mac c’est extrêmement rare que cela tombe en panne…
Sur les autorisations et les licences, il dit qu’en Mac il n’y a pas de réglementation serrée comme en windows… moi je veux bien croire… mais quand on a regardé les prix des logiciels Tiger cela commençait de moins de 100 euros à 200 euros, ce dont je me doutais bien…
Il reste que
Sinon, j’ai vu plusieurs descriptif de la 1102 qui dise que les drivers Mac sont fournis pour 10.3.9 et + (dont le site de la Fnac).
Je suis donc toujours à la recherche d’un ancien driver HP qui aurait pu exister avec les premiers modèles de cette imprimante et être compatible 10.3.9…
je te cite avec un copier coller…
Dans l’immédiat, je pense que si ta recherche n’a pas donné de choses nouvelles, le mieux est de tenter le tout pour le tout et m’installer en 10.4…
Il y a des risques d’écrasement des fichiers d’où l’importance de la sauvegarde, mais Mohammed pense qu’il doit y avoir possibilité de manoeuvrer sans écraser les fichiers…
Peut-être qu’à nouveau, je suis naïf comme avec le marchand… d’imprimantes? Dis-le moi, si tu le crois, en tous cas, me voilà parti dans une aventure formidable, inimaginable même…
Merci, Emmanuel de réagir et de me dire les précautions utiles… J’ai vraiment retrouvé le moral et la conscience d’une communauté Mac interactive… comme je n’aurai pas imaginé… Oui, Sébastien, Patrick, Mohammed, toi Emmanuel qui depuis le début me parlait de Mac center Mali… tu vas voir qu’il va en sortir du bon… Mohammed est d’accord pour m’aider à équiper un ou 2 séminaristes en Mac… des choses que je n’aurai pas oser imaginer avant aujourd’hui…
Pardon d’être long, je suis tellement rassuré déjà… Merci encore, grand merci de ton énorme soutien d’abord moral… grâce à toi et à la chaîne de mes copains, Mac, j’ai retrouvé déjà la confiance… J’étais pour mac comme un chrétien tiède… me voilà entré dans un processus de conversion….
[…]

La seconde lettre :

[…]
Le jeune technicien, Mohammed Keita, est venu dès à 9h… ce matin et dès à 10 h45 c’était réglé…
On a eu beaucoup le temps de parler encore… mais je ne peux pas en dire plus pour le moment, je dois préparer mon sermon… Dès l’installation en X.4 le CD d’installation de mon imprimante a été accepté…
je constate des petits changements et sans doute que ce n’est pas fini… mais en gros cela semble ne pas plus mal fonctionner qu’avant… c’est à dire très bien… sans gros bug… comme dit Mohammed… En tous cas j’imprime bien net et très vite… et l’accès à mon courrier semble bon…
Mohammed s’est appliqué à mettre les derniers aménagements de 10.4 avec le chiffre 11… m’a t-il demandé de te préciser…
[…]

Pour contacter ces personnes : ymauboussin – at – afribone.net.ml et medesko -at- gmail.com ( 00223 77 77 77 44 ou 00223 66 66 66 44 )
Bonne fin de journée.
Jean.

PS : aujourd’hui il m’a annoncé qu’il avait lancé ce site http://www.medesko.com avec un forum http://www.medesko.com/forum, à visiter…

Madou Fofana

Bonjour à tous,

Ci-dessous l’interview de Madou Fofana, cordonnier à Kalaban Koura. Cette interview à été réalisée avec l’appuie de Harry Diakité,  pour la traduction.

Jean : Comment vas-tu et quel est ton humeur au démarrage de ce questionnaire?

Madou : Je suit très très content. J’ai fait beaucoup de choses tel que les chaussures, les mannequins, la couture et le travail du fer. J’espère avoir de la publicité avec cet article.

Jean : Est-ce que tu peux te présenter en quelques lignes?

Madou : Je suis né en 1980 à Toucoto région de Kita. J’ai abandonné les études après 8 années à l’école. Après l’école, j’ai commencé le travail au centre artisanal de Bamako. J’ai travaillé durant cinq ans comme indépendant devant une boutique du centre. Je détenais le savoir sur un type de chaussures et suite à la jalousie des collègues m’a fait quitter le centre. Je suis ensuite arrivé à Kalaban. Je me suis marié à 25 ans avec une première femme qui est décédée suite à l’accouchement. Mon premier enfant est chez ma mère. Je me suis remarié il y a un an.

Jean : Quel est ce modèle de chaussure que tu sais faire?

Madou : Je fais les chaussures et les nus-pieds. Je peux copier n’importe quel modèle de chaussures. C’est ma capacité à copier les chaussures originales qui ont fait les jalousies.

Jean : Comment as-tu appris le métier de cordonnier?

Madou : J’avais un oncle en France qui portait des chaussures. J’ai dessiné ces chaussures sur une feuille. C’est en faisant des petits travaux au centre artisanal que petit à petit j’ai tout appris des techniques de travail manuel.

Jean : Est-ce que tu voudrais rajouter des choses?

Madou : Je fais aussi des travaux de menuiserie. J’aimerais réaliser les mannequins en caoutchouc et en banko, malheureusement je n’ai pas encore les fonds propre pour me lancer dans l’affaire.

Interview terminée.

Merci Madou, meilleures salutations.

Jean.

Mohammed Dicko

Bonjour à tous,

Interview de Mohamed Ag Aguissa, notre ancien voisin qui exerce la profession de repasseur dans une boutique de Kalaban Koura. Son neveu l’accompagne et fait la traduction français, tamacheck.

Jean : Comment vas-tu et quel est ton humeur au démarrage du questionnaire?

Mohammed : Je suis très content, car depuis que l’on s’est connu j’ai pu beaucoup échanger malgré les difficultés que j’ai de parler le français.

Jean : Où et quand est-tu né?

Mohammed : Je suis né à Gourma-Rharous ( région de Tombouctou )  vers 1965.

Jean : Comment s’est passé ta jeunesse?

Mohammed : j’ai vécu une jeunesse heureuse dans la région de Gourma-Rharous. Je ne suis pas allé à l’école, seulement l’école coranique. J’ai vécu comme nomade dans différents campements avec les animaux, en suivant les pâturages. Nous avions des zébus, des moutons, des ânes, des chèvres, des chameaux. Les campements sont constitués de plusieurs familles qui se regroupent. Maintenant les gens vivent en ville, peu de gens suivent la tradition.

Jean : A quel âge as-tu fait ton premier voyage hors du Mali?

Mohammed : J’avais quinze ans et je suis allé à Niamey au Niger pour faire du commerce. Malgré les difficultés, tout c’est bien passé.

Jean : Quels ont été tes autres voyages?

Mohammed : Après le Niger, je suis allé au Nigeria. Ensuite je suis revenu au village. Puis  je suis allé au Tchad, puis au Cameroun. Je n’ai pas réussi à arriver au Gabon. Je suis parti vers le Ghana. Ensuite à Lomé, puis au Bénin ( Cotonou ). J’ai fait du commerce dans tous ces pays : en prenant des marchandises dans un pays pour les apporter dans un autre. Mon commerce préféré était le commerce de chameau entre Ménéka ( Mali ), Gossi ( Mali ), Boni ( Mali ) et Hombori ( Mali ). Chaque fois que je retournais au village, je causais avec les camarades qui revenaient d’aventure et je trouvais un nouvel endroit pour partir faire le commerce.

Jean : Depuis quand es-tu à Bamako?

Mohammed : Depuis 2003, j’ai vendu des boutiques. Ensuite j’ai choisit de devenir repasseur.

Jean : Est-ce que tu as quelque chose à ajouter?

Mohammed : Mon souhait serait de construire ma maison à Bamako et de faire venir ma femme à côté de moi et pouvoir créer des liens avec des gens.

Interview terminée, merci aux Mohammed.

Jean.

Charles Aeschlimann, CEO de Conseiller web

Ci-dessous vous trouverez l’interview d’un sponsor de notre aventure. Avant de partir à Bamako, j’ai collaboré avec cette personne sur une cinquantaine de sites web. Voici donc l’interview.

Jean : Comment vas-tu et quel est ton humeur au démarrage de ce questionnaire?

Conseiller web : Je vais bien et mon humeur est au beau fixe

Jean Est-ce que tu peux te présenter en quelques lignes?

Conseiller web : Ce n’est pas une chose facile de parler de soi ! Mais je vais réaliser cette nouvelle expérience mon prénom est Charles et mon pseudo Schtroopy j’ai bientôt 58 ans et je vis en suisse à proximité de Fribourg
Mon but sympathiser tout simplement. J’apprécie toutes les choses simples et naturelles de la vie. De nature jovial, bon vivant et très ouvert. J’aime les gens et je suis quelqu’un qui aime la vie et j’essaie profiter de chaque instant qu’elle nous accorde, je pense que je suis un mec comme les autres. J’aime l’humour la sincérité, la tendresse.

Chaque jour, je saisis tout ce que la vie peut m’apporter et surtout en essayant de voir tous ses bons côtés.

Jean :  Est-ce que tu peux citer quelques sites que tu as réalisés?
Conseiller web : Quelques unes de mes réalisations
Jean: Quel est l’objectif de http://www.ma-nany.com ?

Conseiller web : Cette application web a trois buts très distincts pour ses utilisateurs

a) créer des emplois pour les jeunes étudiants en réalisanr une activité de babysitter
b)  permettre aux personnes qui assument le rôle de maman de jour afin qu’elle puisse trouver de nouvelles opportunités de garde d’enfants.
c) cette plateforme permet l’inscription des parents ainsi ils disposent d’un choix plus large de babysitter dans leur région et qui répond à leurs critères.

Pour moi c’est une plateforme pour diffuser de la publicité en ligne, sous l’enseigne de conseiller web. Ainsi j’ai monté une équipe de vendeur qui s’occupe de chercher des annonceurs pour les sites que j’ai créé. D’ailleures je recherches des partenaires commerciaux en Suisse ou à l’étranger, ainsi que du personnel compétent : designer, programmeur. Ceci d’autant plus que Jean est parti au Mali… 😉

Jean :  Comment est-ce que l’on peut te contacter?
Conseiller web :
Conseiller web
Charles Aeschlimann
ch de Saucens 9
CH-1630 Bulle
tél+41 26 912 96 15
ou +41 79 707 18 41

Merci à Charles pour l’interview et meilleures salutations.
Jean.

Amidou Kaboré

Salut à tous,

Ci-dessous vous trouverez le portrait d’Amidou Kaboré, réalisé avec l’aide de Martina Kaboré, une connaissance d’Amidou et notre coordinatrice E-changer.

Nous avons personnellement rencontré Amidou fin novembre à Bamako lors de la FEBAK (Foire Exposition Internationale  de Bamako) exposition regroupant commerçants, industriels et prestataires de services venant de plusieurs pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie. Amidou est venu de Ouagadougou, 20 heures de route en chargeant son tricycle et ses objets artisanaux dans le car. Il est issu d’un atelier de personnes handicapées physiques que Martina à créé en 1991, l’atelier “Wend La Mita” et qui existe toujours. Cet atelier à tout d’abord occupé 3 personnes pour créer des objets en bois destinés aux écoles maternelles et aux touristes. Aujourd’hui, après presque 20 ans d’existence, l’atelier, réparti sur trois sites, occupe 30 personnes et a diversifié ses articles. Martina a rencontré Amidou dans un atelier de formation sur le papier mâché avant de comprendre qu’il a fait son apprentissage dans l’atelier qu’elle avait créé. Sachant qu’Amidou devait se rendre à Bamako pour faire du commerce, elle nous a proposé de le rencontrer, ce que nous avons fait. Ensuite est né l’idée de faire le portrait d’Amidou pour le site, mais celui-ci était déjà parti. Nous avons donc profité du séjour de Martina à Bamako pour l’interviewer à sa place. Ci-dessous l’interview.

Jean : Qui est Amidou?

Martina : Amidou est un jeune artisan handicapé de Ouagadougou qui fait des animaux en bois et en des calebasses et les décore en pyrogravure. Il arrive à vivre de son travail en vendant ses objets dans la rue.

Jean : Quel a été son parcours de vie?

Martina : Il a vécu son enfance avec sa mère et sa soeur, car son père était décédé. Contrairement à la plupart des personnes handicapées physiques il a eu la chance d’aller à l’école jusqu’à l’âge de 14 ans. Son oncle a pris en charge sa scolarité jusqu’à ce qu’il soit touché par des problèmes financiers. Amidou regrette de ne pas avoir pu continuer.

Jean : Qu’est-ce qu’il a fait après ?

Martina : Il a rencontré les gens de l’atelier Wend la Mita et a appris avec eux à travailler le bois et les calebasses. A la manière de Gepetto il crée des objets pour les enfants. Comme ils étaient nombreux à l’atelier, il s’est installé avec trois autres collègues dans un quartier voisin.

Jean : Pourquoi il vient jusqu’à Bamako pour vendre ses objets ?

Martina : à Ouagadougou ils sont nombreux à faires les animaux en bois, or à Bamako ces modèles n’existent pas. Le déplacement vaut donc la peine. De plus, Amidou aime voyager et découvrir de nouvelles villes. C’est la deuxième fois qu’il participe à la Foire de Bamako.

Jean : Est-ce qu’il a été content de son séjour à Bamako ?

Martina : Amidou m’a dit, qu’il a été très bien accueilli par vous. Il a de bons souvenirs de votre famille et de votre hospitalité. Durant la Foire il a pu vendre tous ses articles, c’était un bon séjour pour lui.

Merci à Martina pour l’interview et la correction, après lecture et approbation par Amidou, nous publions l’article.

Meilleures salutation.

Jean.

PS :

Plus d’informations sur la calebasse ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Calebasse

Plus d’informations sur “Wend la Mita” ici : http://www.faso-dev.net/Conception-et-realisation-de.html